Le tableau suivant montre la répartition par atelier du monnayage "solaire" entre 294 (réforme monétaire de Dioclétien) et les années 320 (disparition du dieu Sol sur le monnayage impérial). Environ 55% du monnayage "solaire" listé par le RIC se concentre sur cette courte période historique. Cela s'explique par une production très importante de la monnaie de cuivre (follis ou nummus) dans un nombre bien plus important d'ateliers monétaires et frappant pour plusieurs empereurs en même temps.






Carte de l'Empire romain au début du IVe siècle

Carte ateliers monétaires
par C.Brenot, X.Loriot et D.Nony dans "Aspects d'Histoire économique et monétaire de Marc Aurèle à Constantin" éd.SEDES,1999, p.136.






Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : dimanche 10 décembre 2017